Comment  vous libérer de vos émotions grâce à la photothérapie ?

Comment vous libérer de vos émotions grâce à la photothérapie ?

Peut-être avez-vous suivi mon actualité, et avez-vous vu que je venais de vivre une expérience extraordinaire ! Qu’il est temps de partager en détail avec vous ici. Je suis tellement heureuse de m’être (enfin) formée à la photothérapie. Je dis « enfin », car si je remonte le fil de mes mails, cette formation est restée dans mon collimateur environ un an. Il m’a fallu douze mois pour me sentir prête à la vivre. S’agissant de photographie thérapeutique, cela a été le temps nécessaire pour enclencher ce processus dans ma vie personnelle comme professionnelle, et c’est ok !

Cette nouvelle approche du shooting photo auprès des femmes devenait essentielle dans ma vision pour vous accompagner. Une nouvelle étape pour moi, comme pour mes nouvelles clientes en séance photo.  Cette méthode thérapeutique permet de se réparer, de travailler l’estime de soi, ou d’apprendre à s’aimer à travers le pouvoir de l’image (photo ou miroir).

Me former à la photothérapie : ma révélation

Dans mon métier, mon accompagnement auprès des femmes s’affine mois après mois. J’ai pu le constater en partageant de merveilleux moments photogéniques lors des expériences portraits intimes par exemple.

Je suis tellement fière de mon chemin, et de surtout pouvoir vous en faire profiter lors des séances shooting photo que nous réalisons ensemble. Je suis tellement contente de pouvoir vous proposer d’aller encore plus loin avec les merveilleux outils liés à la photographie thérapeutique.

C’est ainsi que j’ai suivi une formation de photo-thérapie auprès de la photographe thérapeute Élodie  Sueur-Monsenert. J’avais besoin d’être accompagnée et formée pour oser parler ouvertement de ce mot imposant et parfois qui peut faire peur : la thérapie.

Cette formation, au final, a été une révélation et une libération personnelle.  C’est bien là tout le paradoxe. Vivre cette expérience m’a permis de me libérer de mon propre syndrome de l’imposteur. D’autre part, elle m’a permis de me sentir légitime et de m’assumer.

Alors, oui, je suis bien photo-thérapeute du corps et de l’image à plusieurs niveaux.

Se confronter à la photothérapie féminine

Chaque femme n’aura pas les mêmes attentes concernant la photothérapie. C’est une démarche personnelle qui demande beaucoup d’investissement émotionnel et un regard épuré envers son corps.

Beaucoup de femmes ne se sentent pas prêtes à s’y confronter, à se regarder, … À se voir « vraiment », telles qu’elles sont réellement. Et c’est totalement OK !

Chacune son rythme, chacune son chemin. La photothérapie se base sur le respect, le non-jugement et la bienveillance. Chacune doit pouvoir faire le premier pas quand elle le souhaite.

Si je parle de ma propre expérience, il m’a fallu plusieurs années de cheminement avant de choisir ma voie en tant que photographe professionnelle. Puis en tant que photographe spécialisée en portraits de femmes. Maintenant,  en tant que photo thérapeute. C’est devenu une évidence mois après mois, grâce à plusieurs expériences comme le shooting pour Octobre rose par exemple. Chaque porte que j’ai ouverte depuis janvier 2020 m’a menée ici, aujourd’hui, à vos côtés.

Apprendre à se réconcilier avec soi-même

Comme tout être humain, j’ai des peurs. Peur du regard des autres, peur de ne pas être acceptée comme je suis. Peur d’être jugée, peur de souffrir… Mon chemin est en perpétuel mouvement. Je lui fais confiance, j’avance, et je cherche continuellement du sens.

Je ne cherche pas à anticiper, mais bien à revenir au présent, à ce que mon corps et à ce que mes émotions me racontent.

Et tout commence ici : que vous raconte votre corps ? Est-ce que vous l’écoutez ? Est-ce que vous identifiez et est-ce que vous libérez vos émotions ?

Pour être sûres d’être sur la même longueur d’onde, commençons par quelques définitions simples :

  • Émotion : réaction psychologique et physique immédiate.
  • Sentiment : inscription permanente des émotions.
  • Ressentiment : fait de revivre une émotion non-acceptée en permanence.

La voie de la guérison est ici, une émotion qui nous traverse en 7 secondes s’il n’y a pas de jugement.

Facile me direz-vous en pensant à la joie, le rire, la surprise !

Mais qu’en est-il des émotions plus complexes à libérer telles que : la peur, la colère, la tristesse ou le dégoût ?

Une émotion non-libérée, c’est-à-dire non-identifiée, non-acceptée, ou non-vécue est stockée en nous. Elle est engrammée en nous, c’est-à-dire qu’elle devient une « trace » d’un événement passé dans le cerveau qui constitue le support de la mémoire ainsi que dans notre corps.

PHOTOTHERAPIE

Désengrammer nos émotions grâce à la photo

Comment désengrammer nos émotions ? C’est l’objet de la photothérapie.

La photographie a un pouvoir extraordinaire et puissant. Elle permet de déclencher des émotions très fortes, telles que le rire, les larmes, ou le dégoût.  

La photo touche directement nos émotions, il n’y a pas de filtre. C’est un témoignage du réel, de ce qui est. Il n’est pas aisé et anodin de se confronter à son image, à soi, et à s’obliger à se regarder. À se voir telle que l’on est. Néanmoins, accepter son corps, c’est se révéler à soi-même.

Accepter ce qui EST. Se voir pour se croire.

On commence d’engrammer nos émotions très tôt, dès l’enfance.

« Ce n’est rien », «  Ne pleure pas » …

Les émotions sont ainsi entravées. Dès notre plus jeune âge, on n’apprend pas à les laisser vivre, à les identifier et à les gérer. A les laisser sortir.

Vivons-les, laissons-les monter pleinement en nous…

Combien de personnes s’interdisent de pleurer à un enterrement ? Ou devant un film romantique ? Pourtant, quelles belles opportunités de libérer des émotions stockées.

Saisissez chaque événement pour leur permettre de sortir, sans restrictions.

Article de presse extrait de https://www.photo-therapie.com/
Article de presse extrait de https://www.photo-therapie.com/

Les outils de la photothérapie

La photothérapie a aussi ses outils. Néanmoins, comme Élodie  me l’a appris, ils ne sont que des prétextes pour libérer la parole, et les émotions. On parle de visualisation émotionnelle, d’auto-portrait, de portrait thérapeutique ou encore de travail du corps au miroir.

Chacun de ces outils utilisés en complément d’une séance photo va me permettre de travailler avec la femme que vous êtes. Enquêter, dénicher, comprendre et vous aider ainsi à analyser et à libérer vos « vraies » émotions.

Mon but est simple :

  • Mieux vous comprendre pour vous aider à mettre des mots sur les bonnes choses.
  • Vous aidez à identifier et regarder ce que votre corps raconte.
  • Vous épaulez à donner du sens pour permettre à une émotion de guérir à travers la photo.

La séance de photo-thérapie doit vous permettre de ne plus avoir de maux de corps. Que les émotions « négatives » ne vibrent plus en vous, qu’elles soient remises à zéro, ou qu’elle deviennent neutre. Voire même qu’elles se transforment positivement.  

Votre seule limite … C’est vous !

La photothérapie : un premier pas vers l’acceptation de vos émotions

Énormément de femmes me disent lors de séances photos qu’elles ne sont pas photogéniques… Elles n’aiment pas se regarder. Il n’est pas évident de s’avouer ne pas aimer ressentir les émotions qui surviennent quand on se voit.

Cela me rappelle le film « Le Cinquième Élément » de Luc BESSON où chaque pierre à son fonctionnement. C’est la même chose pour les émotions finalement.

Chaque émotion a sa manière d’être vécue et évacuée :

  • la joie par le rire,
  • la tristesse par les pleurs,
  • ou encore le dégoût par le fait de nettoyer (réel ou symbolique).
  • la peur par le fait d’agir,
  • la colère par les cris, le fait de nommer, de parler, d’exprimer.

Ainsi, la photothérapie va permettre d’enlever, un par un, vos propres blocages. Les pièces vont sauter une par une. Un peu comme ce jeu des années 80, appelé le Jenga. Chaque pièce va disparaître petit à petit, pour faire littéralement s’effondrer la tour établie. En plaçant votre confiance dans le thérapeute, vous allez pouvoir baisser la garde, repartir de zéro et vous reconstruire sainement. Cela peut faire peur, mais comme toute peur, le fait d’agir la libérera.

Accepter votre vulnérabilité vous rendra puissante.

Dédramatisons nos émotions en les vivant, quel qu’elles soient. Libérons-les pour nous libérer nous-mêmes ! Permettons-leur d’exister pour nous permettre d’exister à notre tour.

Votre corps vous parle, écoutez-le, donnez-lui la parole.

Dans le prochain article, je vous parlerai des différents outils de photothérapie dont je dispose en détail. Cela vous permettra de vous projeter sur une future séance photo commune qui pourrait allier photographie et thérapie.

photothérapie

Connaissiez-vous la photothérapie ? Êtes-vous prêtes à cheminer vers une meilleure estime de vous lors d’un shooting photo ?

La joie de s’offrir un shooting grossesse boudoir

La joie de s’offrir un shooting grossesse boudoir

Je suis très heureuse aujourd’hui de vous partager un magnifique shooting grossesse boudoir.

D’ailleurs, cela fait un petit moment que j’avais envie de faire une séance grossesse intime. Et l’occasion s’est enfin présentée. Car l’intimité est un moment de chaque instant, de chaque minute de la vie d’une femme. Ainsi, cela me semblait aussi important de partager avec vous l’intimité et la féminité durant la grossesse.

Marie-Laure a pensé que c’était le bon moment pour elle de réaliser cette séance intime. Cela faisait un moment qu’elle avait très envie de réaliser un shooting photo. Mais les circonstances de la vie ne lui ont pas permis de le réaliser plus tôt…

Mais, aujourd’hui, elle se jette à l’eau en pensant avoir assez de maturité pour s’accepter. Et oser réaliser ce genre de séance photo intime. Quel beau challenge et quel beau lâcher-prise ! Sa grossesse l’a encore plus confortée dans l’idée d’une séance photo boudoir. En effet, elle avait envie de mettre en valeur son corps qui change et qui évolue, mais de manière très féminine.

Ainsi, pourquoi ne pas allier les deux ? Shooting photo intime et séance grossesse ?

En un mot, l’idée était lancée et elle s’est jetée à l’eau !

Shooting grossesse boudoir dans un lieu d’exception

Tout d’abord, nous nous sommes retrouvées à l’hôtel La Mondaine. Un lieu boudoir et raffiné que j’apprécie tout particulièrement.

Ainsi, chaque chambre a une atmosphère unique et singulière. Effectivement, un lieu d’exception renforce l’aspect personnalisé de votre shooting grossesse boudoir (ou même de votre shooting intime !).

Pensez-y, la location pour l’occasion d’un lieu que vous affectionnez tout particulièrement est une excellente idée. En effet, cela complète ce magnifique cadeau que vous vous faites.

On renforce le côté cocooning à fond, on prend soin de soi, encore et encore !

shooting grossesse boudoir
shooting grossesse boudoir

J’ai adoré l’ambiance de cette chambre que je ne connaissais pas, ses luminaires, sa salle de bains mignonne à souhait, son fauteuil en velours vert (un vert comme on les aime !!) et des miroirs pour m’amuser…

Bref, mon œil photographique a eu un beau terrain de jeu pour s’exprimer et je dois avouer que j’aime énormément ces shootings !

Un moment de partage entre modèle et photographe pro

Ce shooting grossesse boudoir a été un moment très agréable. Elle m’a avouée avoir été conquise de son expérience photo avant même d’avoir vu le résultat !

Quelle satisfaction pour moi d’avoir permis de lui faire passer quelques heures d’exception centrées sur sa féminité et rien d’autre.
Nous avons choisi ensemble les tenues qu’elle souhaitait porter. Nous avons pris le temps de discuter au fur et à mesure de la séance de ce qu’elle avait envie de faire ou non. En évoquant aussi le choix d’aller, ou pas, jusqu’au nu.

Le tout en musique, comme d’habitude pendant mes shootingsphotos !

En fin de séance, je lui ai bien entendu remis sa Positiv’Box avec un petit mot, ici aussi, personnalisé.

J’aime demander en amont de la séance quelques photosd’inspirations. Des photos que ma cliente aime, ou aimerait peut-être « reproduire ».  C’est le moment ou jamais de se faire plaisir, dans la mesure où le style correspond à ce que je propose bien entendu !

Plutôt aux deux tiers ou en fin de séance, je jette un œil à ce moodboard et je m’inspire moi aussi si besoin pour compléter les photos déjà réalisées. Je ne le fais jamais en début de séance, car ce n’est pas le moment, ni pour moi, ni pour vous.

Nous avons besoin d’établir un lien entre modèle et photographe professionnelle. Mais aussi, de nous laisser porter par le moment, de composer ensemble cette expérience unique qu’est le shooting grossesse boudoir.

Une séance photo, c’est une sorte de jolie collaboration entre nous, je trouve. C’est un moment de complicité qui se crée à deux.

shooting grossesse boudoir
shooting grossesse boudoir
shooting grossesse boudoir

Immortaliser sa grossesse grâce au shooting grossesse boudoir

Le shooting grossesse boudoir est vraiment une belle occasion d’immortaliser votre grossesse en douceur et en sensualité.

Allier les photos boudoir à la grossesse est une très belle opportunité de garder de merveilleux souvenirs glamour et féminins. Souvenirs de votre corps qui accueille pendant 9 mois ce petit être de vie.

Une ode à la vie en somme, et cela permet de bien voir vos jolies formes et votre joli ventre rond. Des souvenirs pour la vie, pour vous et pour votre nouveau-né, de cette période si chère à vos yeux et si singulière.

Pour que la grossesse soit bien visible, vous pouvez réaliser votre shooting grossesse boudoir à partir du 7e mois comme un shooting classique.

shooting grossesse boudoir

N’hésitez pas à prendre rendez-vous ou à prendre contact avec moi dès votre deuxième trimestre de grossesse.

Nous aurons ainsi le temps, ensemble, de programmer la séance en amont, vous accompagner dans vos envies et libérer votre charge mentale d’une chose de plus en vue de la fin de votre grossesse !

Un shooting photo pour Octobre rose : poser pour la bonne cause !

Un shooting photo pour Octobre rose : poser pour la bonne cause !

Cette année, j’ai décidé de m’investir lors d’un shooting photo pour Octobre Rose. Et je voulais partager cette expérience incroyable avec vous !

Octobre est mon mois préféré de l’année. Ou disons le second, après décembre peut-être !  

C’est une période douce, chaleureuse, synonyme de fertilité, de paix et de prospérité. Octobre est le mois où l’on récolte en règle générale et où nous prenons des décisions.

De manière plus personnelle, j’aime Octobre pour ses couleurs chatoyantes, pour sa douceur, pour ses arbres cuivrés. Mais aussi pour la transition vers les températures plus hivernales et leurs rituels : les premiers plaids, les boissons chaudes à base de cannelle, ou les chocolats chauds. Je trouve aussi que les premiers prémices de l’hiver appellent à la reconnexion à soi.

C’est donc ma saison préférée pour réaliser les séances portraits intimes. Néanmoins, depuis les années 90, octobre rime aussi avec la campagne annuelle de communication pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein (chez la femme, mais aussi chez l’homme) et à récolter des fonds pour la recherche.

shooting photo pour Octobre rose

Un shooting photo pour Octobre Rose : s’investir en tant que photographe et femme  

Depuis plusieurs années, j’ai à cœur de participer à Octobre rose pour soutenir la lutte contre le cancer du sein. C’est une cause qui me tient à cœur.

Cette année, j’ai eu le plaisir de pouvoir rejoindre l’association de photographes bénévoles « On pose pour le rose ». Clin d’œil au célèbre ruban rose, symbole d’Octobre Rose.

J’ai pu m’investir enfin comme je le souhaitais depuis toutes ces années.

Cette association a créé le premier événement solidaire il y a 5 ans en mobilisant 27 femmes et en reversant 900 € de dons. En 2020, ce sont 35 photographes bénévoles à travers la France qui ont pu proposer un shooting photo pour Octobre Rose. 550 participantes, plus de 125 bénévoles et 25 000 € de dons reversés à la recherche contre le cancer du sein.

Cette année, cela a encore grandi… Et 2022 s’annonce encore plus énorme !

Dépister le cancer du sein, et en parler pour sensibiliser

J’ai toujours eu cette cause à cœur. Je ne saurai pas l’expliquer de façon personnelle, car je ne connais personne qui a eu ce cancer autour de moi. Ma maman a eu en revanche un cancer du colon.

Je pense tout simplement que l’atteinte à la féminité, quelque soit le cancer, est une raison suffisante pour me toucher. Vous connaissez maintenant ma sensibilité professionnelle, artistique et féminine.

Le cancer du sein est le cancer qui touche le plus de femmes en France chaque année, suivie justement par le cancer colorectal. Même si cela est plus rare, il est important de signaler aussi que moins de 1 % des cancers du sein affectent les hommes.

Cette année, j’ai donc eu l’opportunité de contribuer à cette grande cause, d’en parler sur mes réseaux sociaux mais aussi de participer à une journée dédiée.

shooting photo pour Octobre Rose

Une journée de shooting photo pour Octobre Rose

D’une manière ludique, l’association « On pose pour le rose » propose sur une journée entière des minis shootings photos. Chacune des séances dure 15 minutes et donne lieu à  2 photos numériques pour 30 €.

L’intégralité des sommes récoltées est reversée à la lutte contre le cancer du sein.

Suivant les différents pôles en France, des options supplémentaires sont possibles pour 10 € en plus. Chaque contribution étant également reversée dans leur entièreté en plus du shooting. Cela peut passer par du maquillage, un massage, un atelier bougie, ou du yoga par exemple.

La journée que j’ai organisée sur Paris s’est déroulée sous un beau soleil. On se serait presque crû en plein été ! Quelle belle journée pour échanger, partager, et s’offrir 15 minutes de shooting photo pour Octobre Rose. Un temps parfait pour soi tout en faisant un don pour la bonne cause !

L’événement a eu lieu dans un appartement privé. Diane a gentiment accepté de me prêter l’appartement pour soutenir, à sa façon, la lutte contre le cancer du sein.

Être bien entourée

Je me suis entourée d’une équipe de choc pour mener à bien cette journée. Une très belle équipe de bénévoles qui ont donné le temps d’une journée, leur énergie, leur savoir-faire, leur savoir-être et toute la bienveillance dont ils disposent.

  • Bastien à l’accueil. Oui oui, un mec, mon mari, et franchement… Il a été au top ! Je n’ai eu que de supers retours de toutes les participantes. Le cancer du sein ne touche pas que les femmes !
  • Aurélie  au Make-up. Une artiste qui a su, en quelques minutes, sublimer les femmes qui le souhaitaient. Avec un maquillage sur-mesure, plus ou moins prononcé, en fonction des goûts de chacune.
shooting photo pour Octobre Rose
shooting photo pour Octobre Rose.
  • Luce et ses merveilleuses créations florales en fleurs stabilisées, le manchon fleuri a fait des RAVAGES
shooting photo pour Octobre Rose
  • Océane  avec qui j’avais déjà partagé un shooting photo.  Elle a donné 2 magnifiques bouquets en fleurs séchées qui ont servi de bustier aux femmes souhaitant faire du topless.
shooting photo pour Octobre Rose.
  • Manon qui nous a ravi avec ses trop bonnes pâtisseries, toutes en ROSE bien sûr !
shooting photo pour Octobre Rose.
  • Laurent qui était à la vidéo durant quelques heures pour réaliser une jolie vidéo backstages de ce shooting photo pour Octobre Rose.
shooting photo pour Octobre Rose.
  • La magnifique illustration de Marie pour les tee-shirts et tous les produits dérivés en vente : tote bag, ecocup, carte, badges etc…
shooting photo pour Octobre Rose.
  • Ma jolie marque de thés favorite Palais des Thés  qui a généreusement offert du thé pour la journée à toutes les participantes.
  • Et… Diane, bien entendu, sans qui cette journée n’aurait pas été la même. Merci pour ta générosité, ta simplicité, tes bonnes ondes et ton appartement de FOLIE !
shooting photo pour Octobre Rose

Se rappeler des bons gestes lors d’un shooting photo pour Octobre Rose

Cette journée a aussi été l’opportunité de sensibiliser ma communauté sur la prévention du cancer du sein. Cela passe notamment par l’importance de l’auto-palpation régulière de sa poitrine.

Mais également de faire une palpation, à partir de 25 ans, par un professionnel tous les ans, et à partir de 50 ans une mammographie, tous les deux ans.

Selon le site e-cancer.fr, voici les symptômes qui nécessitent que vous consultiez en urgence votre médecin :

  • l’apparition d’une boule, d’une grosseur dans le sein ou sous un bras (aisselle) ;
  • une modification de la peau : rétraction, rougeur, œdème ou aspect de peau d’orange ;
  • une modification du mamelon ou de l’aréole (zone qui entoure le mamelon) : rétraction, changement de coloration, suintement ou écoulement ;
  • des changements de forme de vos seins.

Pour ma part, cette expérience m’a confortée dans l’envie de m’investir pour des causes qui me parlent et me tiennent à cœur. Ainsi, je vous donne rendez-vous l’année prochaine, le 1er octobre 2022, vous serez là ?

Et si vous souhaitez faire un don, en dehors de cette journée de shooting, vous pouvez le faire sur le site de l’association toute l’année. Malheureusement, la maladie ne prend pas de pause.