Les 7 meilleures raisons de faire votre premier shooting boudoir

Les 7 meilleures raisons de faire votre premier shooting boudoir

Avez-vous déjà eu l’occasion de faire votre premier shooting boudoir ?

À l’heure où j’écris ces lignes, cela fait maintenant un peu plus de 3 ans que je réalise des séances photos boudoir. Que vous les appeliez portraits de femmes, shootings boudoirs, portraits intimes ou autre, c’est une expérience photo unique à vivre.

En 3 ans, ma vision s’est affinée. Elle a évolué et surtout, j’ai rencontré beaucoup de femmes aux parcours de vies différents. Mais aussi aux similarités parfois déconcertantes. 

Aujourd’hui, je peux assez facilement vous parler des heures et des heures sur ce sujet ! Et vous aidez, enfin, à passer le cap de réaliser votre premier shooting boudoir.

#1. Premier shooting boudoir : sortir de votre zone de confort

Réaliser une séance intime photo n’est pas toujours une étape évidente. Par pudeur, par peur ou aussi par gêne.

Les femmes qui me contactent ont envie de passer un nouveau cap en expérimentant ce genre de séance. Elles veulent se laisser guider dans cette nouvelle aventure, avec bienveillance et professionnalisme. Mais aussi respect et discrétion, pour mettre en valeur leurs corps de femmes.

#2. Oser partir à votre propre rencontre

La rencontre la plus difficile mais bénéfique est souvent la rencontre avec soi-même. N’est-ce pas ?

Un premier shooting boudoir est une expérience hors du temps où vous pouvez réellement savoir à quel point vous êtes prêtes à vous rencontrer réellement.  Et de pouvoir vous dire avec fierté « Je l’ai fait ! ».

#3. Accepter de se voir, et d’être vue

Ce n’est pas une chose anodine que de se retrouver en lingerie ou nue devant un objectif de photographe.

Même une fois trouvé le pro de confiance, certaines femmes ne viennent à moi qu’après plusieurs semaines … Mois … Voire des années avant de se jeter à l’eau. 

Il faut accepter de complètement lâcher prise.

Et de faire confiance au regard de la photographe, de me faire confiance en somme.

Une fois la séance photo boudoir terminée (oui seulement à ce moment-là), le plus dur commence.

En effet, il faut être capable d’accepter de vous voir telle que vous êtes vraiment.

Partir à votre rencontre physique. Accepter de voir des zones du corps qui vous complexent, et découvrir à travers un regard extérieur comment l’autre (moi) vous perçoit.

Je vous accompagne d’ailleurs dans cette découverte. Car je la sais parfois difficile et souvent déroutante ou encore source de nombreuses réflexions. 

#4. Vivre une véritable expérience à travers le premier shooting boudoir 

Certes, le résultat photographique est important.

Et c’est d’ailleurs la porte d’entrée par laquelle vous prenez contact avec moi : vous aimez mes photos, mon style… Mais ce n’est pas tout.

Ma démarche et ma façon d’aborder les shootings photos vous parle complètement.

Les photos finales seront un merveilleux souvenir papier pour revivre encore et encore cette belle expérience et se souvenir, mais le plus important, finalement, n’est peut-être pas là… 

Vous venez chercher un accompagnement, une oreille attentive, et un regard bienveillant. Aussi, vous avez envie de vous préparer au mieux en amont de la séance.

De profiter de chaque étape : les choix de la date, du lieu, et des vêtements.

Également, nos échanges vocaux précédents le shooting boudoir pour :

  • finaliser les derniers questionnements,
  • réfléchir à votre coiffure,
  • ou parler de votre maquillage…

C’est ça que vous venez chercher : une expérience unique !

premier shooting boudoir

#5. S’affirmer pendant la séance photo

Comme une quête de soi, le premier shooting boudoir offre la possibilité de mettre le « moi » et le « je » en avant. En priorité, je dirais même.

Beaucoup de personnes peuvent se demander : mais pourquoi réalises-tu cette séance photo intime ?

Pour vous, c’est une évidence, mais vous ne savez pas forcément l’exprimer avec des mots. C’est un « besoin » sur un instant donné de se redécouvrir en tant que femme, avec ce corps qui change au cours de votre vie.

Je pense qu’il y a une volonté de :

  • vous faire passer en priorité,
  • prendre du temps pour vous,
  • partir à votre rencontre afin d’aller encore plus loin dans votre connaissance de soi en passant par le regard d’un autre (la photographe) figé sur papier glacé.

#6. Assumer sa féminité

Retrouver qui vous êtes et/ou le découvrir … Cela peut passer, entre autres, par assumer votre part de féminité et de sensualité.

Cette part que vous renfermez tout au plus profond de vous.

Pour certaines, leur féminité est pleinement assumée dans leur quotidien. Mais, pour d’autres, ce n’est pas la même chose. C’est un long chemin vers soi, d’apprentissage et de découverte.

Vous verrez, le chemin est beau si vous acceptez de l’emprunter en pleine conscience 😉

En tous cas, moi, je vous y amène avec bienveillance et douceur. Je suis sûre que l’aventure vous plaira au bout du compte et que vous en ressortirez grandie.  

premier shooting photo

#7. Se sentir vraiment libre

Sauter le pas de votre premier shooting boudoir, cela ne s’improvise que rarement.

D’ailleurs, quelle excitation quand vous décidez enfin de vous dire OUI ! OUI à SOI ! De vous sentir libre de faire ce que vous voulez !

Parce que réaliser un shooting photo boudoir est une décision qui ne revient qu’à vous. Et vous seule.

Réserver votre séance, va être un mélange d’excitation puis d’appréhension au fur et à mesure que la date va approcher. Et c’est normal. Je suis là pour vous accompagner aussi en amont à traverser ces montagnes russes.

C’est effrayant de se lancer dans une nouvelle aventure, comme toute découverte que notre cerveau ne connaît pas encore.

Faites-vous confiance, et faites moi confiance !

Suivez votre instinct, il sera le meilleur des guides 😉

On réserve votre premier shooting boudoir ensemble ?

Découverte du Home Studio : un shooting photo boudoir à Toulouse

Découverte du Home Studio : un shooting photo boudoir à Toulouse

Nouvellement arrivée dans cette ville, forcément, j’avais hâte de réaliser mon premier shooting photo boudoir à Toulouse. Mais, c’est avec un tout nouveau format photo que je vous retrouve aujourd’hui. Vous le savez, j’aime énormément travailler en lumière naturelle. Réaliser des portraits à mi-chemin entre le lifestyle & le « posing ».

Et, je dois avouer que quelques années en arrière, quand on me parlait photo en studio, j’en avais de l’urticaire ! Pourtant, je vais bien vous parler aujourd’hui de shooting photo boudoir à Toulouse… en Home Studio !

Ma découverte du home studio lors d’un shooting photo boudoir à Toulouse

Suite à un projet personnel qui s’appelait « A Corps », j’ai choisi de travailler en studio. Cette séance avait pour thème le corps et le rapport intime des musiciens avec leur instrument de musique. J’ai été musicienne professionnelle pendant 10 ans, alors cette idée ne sort pas de nulle part !

Pour ces prises de vues, j’ai créé mon propre éclairage studio dans mon home-studio. Et j’ai ainsi pu réaliser une série de 13 portraits photos, en faire un calendrier photo, mais aussi une exposition et un concert.

À la suite de ce projet, je dois avouer que la photo studio a pris une toute autre dimension pour moi.

Mon envie de revisiter le style home studio

Ce que je détestais dans ce type de photos, c’est le côté kitsch, très posé, et très surjoué. En gros, tout ce qui rendait la photo studio très peu naturelle.

J’avais sans doute vu passer pas mal de photos dans ce style et je ne pensais pas qu’il était possible de travailler la lumière différemment.

Ce travail sur le corps m’a fait changer d’avis. En effet, il m’a donné envie de poursuivre mon expérience.

Mais pas n’importe comment ! En alliant, comme je vous en parlais au début de l’article,  la lumière naturelle et le  home-studio.

Mon premier shooting photo boudoir à Toulouse

Je viens donc de créer mon premier shooting photo boudoir à Toulouse en ce sens… et je suis très contente du résultat !

C’est un format qui se veut « rassurant ». Je m’explique !

Du côté du modèle, vous avez dès le départ l’information sur l’esthétisme, la couleur et l’univers final des photos que vous obtiendrez.

Mon home-studio étant toujours au même endroit, je connais la lumière, je sais la gérer exactement, je connais aussi les poses qui peuvent fonctionner. Et pour certaines femmes, je sais que c’est plus facile de se projeter de cette façon qu’avec une séance photo lifestyle où il faut davantage lâcher prise, et se laisser porter.

Pour moi, en tant que photographe, c’est un challenge, clairement !

Car je suis quelqu’un qui aime la nouveauté, le changement, l’évolution, et s’adapter aux lieux et aux lumières.

Shooter dans un cadre identique, c’est me forcer à imaginer, à pousser ma créativité encore plus que d’habitude.

D’ailleurs, cela me rappelle ce célèbre tableau « Les Ménines » du peintre Velasquez. Picasso a tout de même réussi à peindre 58 versions différentes en quelques mois en réinterprétant l’œuvre des Ménines… Je trouve ça incroyable et fantastique : c’est possible de rester créatif dans un cadre restreint et avec des contraintes similaires. Voici mon défi personnel sur ces shootings.

Et puis ce format home studio, c’est ce que j’appelle « du beau ».

Un petit côté papier glacé, comme figé et immortalisé dans le temps. Vous me direz ce que vous en pensez en découvrant les premiers clichés dans cet article.

Autant, j’aime énormément le côté freestyle et spontané du lifestyle, autant j’ai également une passion pour les lumières parfaites qui sculptent un corps de manière magistrale. Que voulez-vous, on ne se refait pas !

Laissez-vous tenter par le home studio aussi

Si vous hésitez encore sur ce format studio de shooting photo boudoir à Toulouse, voici quelques informations qui pourront vous aider à vous décider :

C’est un portrait intimiste et cocooning où je passe de la musique, et je vous guide pour les poses.

Pendant ce temps, on échange sur vos ressentis et comme toujours dans ma façon de travailler, je vous mets à l’aise.

Le shooting dure environ 45 min / 1 h 00, c’est un shooting « Self Love » comme j’aime l’appeler. Un moment pour soi, de self care, de bien-être, sans prise de tête, pour les femmes qui souhaitent expérimenter le shooting photo ou qui l’ont déjà expérimenté il y a quelques années.

Pour se découvrir aujourd’hui dans un regard bienveillant, neutre et objectif : le mien. Qui amènera à se porter un « nouveau regard » sur soi, en toute simplicité. Pour les femmes qui souhaitent de beaux portraits d’elles, afin d’immortaliser leur corps et leur personnalité un jour J à un instant t, garder des clichés ou un album et pouvoir feuilleter dans 5 ans, 10 ans, 20 ans…

Rendez-vous lors de votre shooting photo boudoir à Toulouse

Ambiance détendue, musique, un petit thé / café / boisson fraîche suivant la saison, quelques accessoires (kimono, déshabillé, gilet cocooning, lingerie) prévus ensemble en amont, un point make-up / coiffure pour définir avec vous ce qui vous correspond le plus, quelques échanges simples & souriants et c’est parti pour le show !

shooting photo boudoir à Toulouse

Alors prête à vous lancer dans un shooting photo boudoir à Toulouse  en mode « Self Love »,  dans mon home studio je veux dire ?

Comme les photos parlent d’elles-mêmes, vous voyez depuis le début de l’article (sauf la seconde photo de l’article issue de mon projet « A Corps » réalisé en lumières artificielles) avec mes premières clientes ce que donne ce tout nouveau home-studio.

Il vous attend, en plein cœur de Toulouse, à deux pas de la gare SNCF 😉 Plutôt pratique si vous venez d’une autre ville en plus non ?

C’est maintenant qu’il faut s’aimer « belle » et bien !

C’est maintenant qu’il faut s’aimer « belle » et bien !

Et si aujourd’hui,  on décidait de s’aimer « belle » et bien ? Aujourd’hui, et pas demain. Maintenant. Pas plus tard. Si nous prenions enfin le temps de nous voir telles que nous sommes ? Belles dès ce jour !

S’aimer « belle » et bien : le constat de Sophie Fontanel

Ainsi, je suis tombée il y a quelque temps sur une interview de Sophie Fontanel. C’est une journaliste et écrivaine française qui va avoir 60 ans cette année. D’ailleurs, son âge n’a pas une réelle importance.

Mais c’est son regard sur ses portraits photos passés qui m’a intéressée.

En outre, elle a réalisé qu’en regardant ses anciennes photos, prises à 18 ans, à 30 ans, ou encore à 40 ans… Elle se disait à l’époque « Ah non non non, elle n’est pas bien cette photo ».

Sur le coup, elle les détestait !

Aujourd’hui, plusieurs années après, elle se dit qu’elle était folle à l’époque de ne pas s’aimer !

« Qu’elle était bien cette photo, qu’elle était jolie cette fille ! »

« Ce n’est pas Brigitte Bardot, mais elle a son charme ! »

Cependant, elle a (enfin) réalisé qu’on est comme on est. Qu’elle aurait dû s’aimer belle et bien à ce moment-là déjà. Et que c’est beau de vieillir.

En conclusion, cela m’a évidemment énormément parlée, et je ne pense évidemment pas que nous soyons les seules qui passent par ce constat !

Enfin se poser pour s’aimer « belle » et bien aujourd’hui

Par ailleurs, à ma petite échelle de vie de mes 35 ans, je me vois moi-même être dans la même réflexion. Depuis quelques semaines, je regarde des portraits de moi avant ma grossesse.

« Ah, mais j’étais mince en fait avant ! »

« Ah, mais j’avais un visage hyper fin ! »

Il y a aussi ces souvenirs que le téléphone nous remémore. Ou les réseaux sociaux.  Ainsi, ce sont des souvenirs d’il y a 1 an, 3 ans, ou 6 ans qui reviennent… Comme des piqûres de rappel.

Parfois désagréables, parfois remplies de joies.

Alors, et si on s’aimait une bonne fois pour toutes aujourd’hui ? Si on s’aimait « belle » et bien maintenant ? Pour ce que l’on est ? Ce que l’on vit ? Pour ce que l’on traverse et ce que l’on dégage ?!

Notre corps vit en fait, tout simplement !

s’aimer « belle » et bien

Il n’y a pas de meilleurs moments pour s’aimer que maintenant

De ce fait, ce moment idéal n’existe pas pour aimer ou accepter son corps.

Même si dans certaines phases de nos vies, on se sent plus ou moins alignées avec qui l’on est.

C’est ainsi qu’on nous rabâche à longueur de temps, d’articles et de témoignages que la clé du succès c’est de vivre ce fameux moment présent, et de lâcher prise ! Mais moi… je veux bien vivre ça !

Mais… Comment on fait ? On va se pencher ensemble sur le sujet, car cela me semble une clé essentielle pour éviter de regarder dans le rétroviseur et se dire justement… 

« J’ai vu une photo de moi il y a 6 ans et je me suis trouvée belle par rapport à maintenant », 

« Je regrette telle ou telle partie de mon corps ».

Apprendre à se regarder

Ne pas fuir le miroir, mais prendre conscience de notre regard. Le miroir ne reflète pas seulement votre image, il reflète votre état d’esprit et vos états d’âme. Ce n’est pas pour rien que notre rapport à cet objet est en perpétuel mouvement !

En fait, un matin vous pouvez vous trouver extraordinairement canon, et l’après-midi même ou le lendemain, vous pourrez ressentir du dégoût ou de la déception. Tellement difficile de s’aimer « belle » et bien !

Pourtant, Miroir mon beau miroir… L’objet est toujours le même. La seule variante est donc bien votre perception de vous-même.

Prendre du recul et se rattacher au moment présent. C’est à ce moment-là qu’il faut juste « être » et vous questionner :

  • Que se passe-t-il dans ma tête pour que mon estime ait chuté depuis hier ?
  • Pourquoi est-ce que je ressens ce dégoût ou cette insatisfaction ?
  • Comment suis-je habillée ?
  • Est-ce que ces vêtements me mettent en valeur ?
  • Et est-ce que je me sens bien dedans et est-ce que je me sens valorisée avec ?
  • Est-ce que je suis coiffée comme d’habitude ?
  • Cette coupe laisse-t-elle apparaître mes jolis traits de visage ?
  • Est-ce que quelqu’un m’a fait une remarque déplacée ou désagréable ?

Voici quelques pistes de réflexions. Celles-ci pourront vous aider à faire le tri dans vos émotions et à mettre des mots sur ce que vous ressentez par rapport à votre image.

s’aimer « belle » et bien

Se nettoyer de l’intérieur  pour s’aimer « belle » et bien

Ensuite, prenez une douche. Cela peut paraître de prime abord un peu étrange, mais l’eau nettoie. Pourtant, c’est un moment pour soi réconfortant où personne ne vient interférer dans notre bulle.

Que ce soit douche ou bain d’ailleurs, si vous avez la chance d’avoir une baignoire.

C’est ainsi qu’on repart sur un rapport plus sain après une douche, plus tendre avec soi, plus propre et plus doux.

Prenez le temps de profiter de ce moment, en tête-à-tête avec votre savon préféré qui sent bon et dont vous adorez la texture sur votre peau.

Et puis si vous avez envie de pousser la chansonnette tant que vous y êtes… Laissez-vous aller ! Dans ces conditions, vous serez dans le lâcher prise et le véritable instant présent. C’est bon pour la confiance en soi et ça réduit l’hormone du stress.

Je vous encourage d’ailleurs à ce moment précis à vous regarder nue à votre sortie de la douche. Pourquoi ? Afin de désacraliser une image négative que vous pouvez associer à votre corps. À force de le faire, vous vous y habituerez 😉 Petit boost de confiance en soi supplémentaire et gratuit !

Réaliser un shooting photo

Attention, (autopromotion subtilement placée) vous me sentez venir, le shooting photo est pour moi un des moyens essentiels pour s’aimer « belle » et bien.

C’est pourquoi, je l’utilise d’ailleurs personnellement très régulièrement. Pour immortaliser mon corps et mon physique dans l’instant afin de l’accepter au mieux.

Pourquoi ? Car il me permet d’être chouchoutée, de prendre du temps pour moi, de poser sur papier l’évolution de mon visage et mon corps. De sorte que, je ne m’inflige pas une énorme claque en me voyant sur des photos trop d’années en arrière.

De cette manière je peux suivre mon évolution en temps réel grâce à un regard professionnel extérieur.

Je passe en moyenne au moins 2 fois devant l’objectif d’un autre photographe professionnel chaque année (pour des shootings portrait, boudoir, couple, famille…). Car j’aime voir mon évolution et cela m’apaise.

Se trouver belle, ce n’est pas hier et pas demain : c’est aujourd’hui et maintenant ! Et vous, avez-vous déjà pris le pas de vous réserver une séance photo rien que pour vous ?

5 fausses bonnes raisons de ne pas faire un shooting photo boudoir

5 fausses bonnes raisons de ne pas faire un shooting photo boudoir

Faire un shooting photo boudoir pour une femme lui demande souvent de sortir de sa zone de confort. C’est une séance photo qui mélange à la fois féminité, douceur, sensualité ou encore émotions. Elle demande à la femme qui pose comme modèle de se révéler, de prendre confiance en soi et de se montrer telle qu’elle est. C’est un moment intimiste dans une chambre ou dans une pièce boudoir, sans artifices et faux semblant.

Maintenant que les choses sont posées, voici 5 fausses bonnes raisons de ne pas faire un shooting photo boudoir avec une photographe pro !

#1. Je ne veux pas faire un shooting photo boudoir : je ne suis pas Top Model

On commence par le TOP 1 des mauvaises excuses à mes yeux. La raison n°1 pour ne pas faire un shooting photo boudoir.

Peut-être faites-vous partie des femmes qui pensent que c’est génial de se faire photographier quand on est une femme ? Que cela booste sa confiance en soi et son image… Du moment que ce n’est pas … Vous !

Pour vous, cela ne peut pas fonctionner, car vous n’êtes pas photogénique, que vous avez une sainte horreur de l’objectif, que vous ne savez pas poser et…

Je continue vraiment la liste ?

Voici ma réponse à toutes ces injonctions !

 Vous valez tout autant que n’importe quelle autre femme ! Si vous avez envie de réaliser ce type de shooting boudoir, foncez ! Je suis là pour vous mettre à l’aise, pour vous guider, pour vous faire sentir belle, pour vous faire vivre une expérience où vous dépasserez vos propres limites.

Le tout, vous vous en doutez, avec douceur, bienveillance et non-jugement.

#2. J’ai peur du jugement de mon entourage

L’environnement familial peut ne pas mettre à l’aise et ne pas encourager votre démarche de faire un shooting photo boudoir.

« Mais pour quelles raisons fais-tu ça ? »,

« Pourquoi as-tu besoin de poser en lingerie devant quelqu’un ? Je peux le faire pour toi si tu veux »,

«  Tu ne vas pas dépenser cette somme pour « juste avoir des photos de toi » ? »,

« Tu vas t’exposer sur Internet en lingerie ? »

Ma réponse est très claire sur ce point !

Tout d’abord, si vous ressentez le besoin et l’envie de faire un shooting photo boudoir, c’est votre droit le plus singulier à vous seule. Vous êtes l’unique propriétaire de votre corps et vous êtes seule décisionnaire de ce que vous avez envie d’en faire.

Ensuite, sur un aspect moins radical, il peut être bon de verbaliser et de communiquer aux proches dont l’avis et surtout la compréhension vous importent énormément, vos motivations.

Quel qu’elles soient, même si elles vous paraissent anodines ou ridicules, ce sont les vôtres. Elles existent, elles ne méritent pas d’être tuées ou passées au rouleau compresseur.

Elles sont bien souvent au départ communes, mais révèlent souvent autre chose :

  • un réel mal-être,
  • une perte de confiance ponctuelle,
  • un besoin de dépasser une peur,
  • un changement personnel ou professionnel qui vient réveiller des choses plus profondément…

N’hésitez pas à écrire vos intentions pour ce shooting photo, cela vous permettra d’y voir plus clair.

Vos motivations et votre communication à vos proches seront plus simples si vous savez déjà pourquoi vous faites ce shooting boudoir.  N’oubliez pas qu’ils ne sont pas dans votre tête 😉 Ils ne demandent qu’à vous comprendre et je suis certaine que c’est avec tout leur amour.

faire un shooting photo boudoir

#3. Faire un shooting photo boudoir est trop cher

Le budget, on ne va pas se mentir, peut s’avérer une part importante de votre décision pour réaliser ce shooting.

Vous avez des charges à assumer : loyer, cantine des enfants, vacances à prévoir, anniversaire de Juju, hausse de l’électricité, du gaz et de l’essence…. La liste est longue… !

Néanmoins, investir en soi et pour soi, c’est différent de « dépenser ».

Vous n’allez pas acheter une paire de lunettes ou prévoir les courses de la semaine de la même façon que vous souhaitez investir dans votre bien-être personnel. Peut-être que le budget ne sera pas OK tout de suite, mais cela signifiera tout simplement que vous préférez dépenser votre argent dans autre chose. Et c’est OK.

Pas de pression là-dessus ou de fausses excuses à se trouver.

Un investissement, quel qu’il soit doit être réalisé dans le plaisir de dépenser (oui, vous avez bien lu) et même l’excitation. Genre, vous devez être heureuse de payer !

Je parle en connaissance de cause, voici mon exemple le plus récent (et pas le plus important) :

J’ai été ultra heureuse d’investir 100 € pour ma maquilleuse, 200 € pour les chambres d’hôtels, 50 € d’accessoires et de gourmandises également. 350 € en tout donc, lors de ma journée réservée pour 3 de mes clientes qui ont gagné le dernier concours que j’avais mis en jeu. Pourquoi ? Car c’est un investissement pour mon entreprise photo. Cela m’a permis de réaliser les photos que j’avais envie, dans un cadre qui m’inspirait, tout en prenant soin de mes clientes.

Tout est question de priorités.

Définissez où sont les vôtres, et ce que vous êtes prêtes à investir pour votre bien-être. Lorsque vous serez persuadée que l’expérience portrait intime est LA priorité, le prix ne sera plus un frein.

faire un shooting photo boudoir

#4. Ce n’est pas le bon moment pour moi de faire un shooting

Ça y est, vous voilà décidée ! La décision est prise, le choix du photographe est arrêté.

Mais bon, ce n’est clairement pas la période idéale : vous préférez perdre ces 2/3 kg qui traînent depuis ces dernières semaines. En plus, vous avez une mine ultra fatiguée et vous sentez que votre eczéma fait des siennes. C’est sûr, cela se verra sur les photos !

J’ai aussi une réponse pour vous !

*SPOILER ALERT* : ça ne sera JAMAIS le bon moment pour faire un shooting photo boudoir !

Il y aura toujours quelque chose qui viendra se mettre en travers de votre décision de séance photo boudoir. Surtout si celle-ci n’est pas complètement alignée et assumée.

Cette fois-ci encore, c’est OK.

On a toutes notre propre rythme à trouver, notre propre mélodie intérieure à écouter. Mais si votre cerveau ou votre corps vous envoie des signaux réguliers pour reporter ce shooting, c’est que vous n’êtes en réalité pas prête. Et qu’il y a quelque chose en vous qui résiste, et qui bloque.

faire un shooting photo boudoir

Votre raison de ne pas faire un shooting photo boudoir

Essayez d’identifier ce qui peut vous bloquer pour poser de façon intimiste. Cela vous aidera à trouver le petit déclic qui ne se fait pas.

J’ai parfois des échanges avec des femmes pendant plusieurs mois, pourtant, elles ne réaliseront peut-être jamais le shooting photo boudoir. Mais qui se disent pourtant prêtes.

De mon côté, je sais que quelles que soient les démarches que j’enclenche, lorsque je demande un devis pour un service, il me faut environ 6 mois pour passer à l’action. Bien souvent, d’ailleurs, les entrepreneuses sont très surprises de me voir pointer le bout de mon nez et valider leur devis 6 mois plus tard. Elles ont la sensation que j’ai pris ma décision du jour au lendemain, car je n’échange pas spécialement avec elles durant cette période !

Mais en réalité, ça a mûri pendant 6 mois dans ma tête, dans mon quotidien et une fois que je me sens prête, c’est un (réel) grand O U I !

Votre séance photo se réalisera simplement le jour où cela doit être. Votre corps et votre esprit d’aujourd’hui méritent tout autant d’être immortalisés que celui d’hier ou de demain.

Ce sera une trace de votre parcours de vie, de votre chemin unique. Et tout ce qui devra ressortir d’une séance ressortira ! J’ai eu ce témoignage récemment d’une cliente qui sonnait tellement juste :

« Au final, c’est tout le processus en amont et le shooting lui-même qui est le plus important ! Je suis ravie d’avoir un souvenir de ce moment-là. Mais j’ai vraiment le sentiment que ce qui compte le plus est l’effet sur mon estime et sur l’image que j’ai de moi. Le shooting m’a permis de ne plus me prendre la tête sur mon apparence et d’accepter ma silhouette, et même mon profil. »

#5. Une séance photo intime,  c’est tellement narcissique

Il faut quand même beaucoup s’aimer pour payer et se faire prendre en photo… Il faut avoir envie de flatter son ego et son image pour enclencher ce genre de démarche photographique.

Ai-je vraiment besoin de répondre ?

C’est très souvent, voire même tout le temps l’extrême inverse. Toutes les femmes qui viennent me voir sont à l’opposé du narcissisme.

Elles ont :

  • une image d’elles-mêmes défaillante,
  • une perte de confiance en elles,
  • elles recherchent un regard doux à poser sur elles,
  • ou elles ont besoin d’écoute profonde et réelle.
  • Elles souhaitent s’abandonner et faire confiance sans être déçues ni jugées.

Bien souvent, il me faut redorer leur image à travers la photo, comprendre d’où viennent leur (s) complexe (s), remettre leur ego à sa juste place. Qu’il ne soit plus proche de 0, et qu’il remonte la pente pour qu’elles puissent être fières de qui elles sont et l’assumer jour après jour.

Il arrive même que le shooting boudoir soit réalisé en cadeau pour soi-même sans qu’aucune image ne soit divulguée du côté de la cliente, et que je n’ai pas les droits de diffusion. Il n’y a alors aucune volonté de se montrer ! 😉

Vous avez bien compris, il n’y a que de fausses excuses pour ne pas faire un shooting photo boudoir. Vous avez le droit (et même le devoir !) de vous accorder ce moment intimiste quelle que soit votre raison ou votre motivation.

Avez-vous déjà réalisé un shooting photo intime ? Dites-moi tout dans les commentaires !  

Comment oser être soi ?

Comment oser être soi ?

Oser être soi, ce n’est pas simple tous les jours. « J’accepte la grande aventure d’être moi ! ». J’adore cette citation de Simone de Beauvoir. Parfois, on préfère les autres,  et puis on se dit que tout semble si fluide pour eux… Beaucoup plus que dans notre propre vie. Manque d’affirmation, manque de confiance, peurs, timidité, respect de soi,… Faire un travail sur soi n’est pas forcément toujours aisé.

oser être soi

Oui, être soi ne va pas forcément de soit ! Dans cette quête perpétuelle de notre individualité de femme, on tâtonne, on se découvre, autant spirituellement, que corporellement.

Corporellement, vous le savez si vous me lisez depuis quelques articles, c’est toute une quête de soi. Bien souvent, il y a un écart entre ce que nous sommes réellement, ce que nous pensons être et ce que nous sommes en réalité. C’est d’ailleurs sur ces 3 facteurs d’affirmation de soi que nous travaillons pendant l’expérience portrait intime. Je suis convaincue que l’harmonie psychique et physique, la conscience ou connaissance de soi comme j’aime à l’appeler est la base saine pour enfin oser être soi !

oser être soi

Oser être soi : découvrir le vrai soi

Une fois que l’on a découvert notre véritable soi, toutes les possibilités s’offrent enfin pour affirmer sa différence. Et notamment celle de s’affirmer pleinement, et d’oser montrer celle que l’on est vraiment au monde entier !

Prendre confiance en soi, avoir de l’estime de soi, prendre conscience de celle que nous sommes, ne pas rester dans notre zone de confort, et oublier le regard des autres.

Enfin pouvoir crier haut de fort ce que l’on cache au fond de soi depuis des mois, voire parfois des années, souvent par manque de confiance en soi.

Le regard de l’autre peut-être tour à tour libérateur ou clivant pour reprendre confiance en soi. Si vous entendez depuis plusieurs années par autrui :

 « Toi ?? Sexy ?! »,  «  Tu rigoles vraiment trop fort » ou encore « Tu es bizarre ! » 

C’est typiquement le style de jugement qui peut vous bloquer dans une quête de personnalité épanouissante, dans votre développement personnel et à avoir confiance en vous.

Se détacher de ces jugements inadaptés (et parfois dit avec agressivité) permet de ne plus se focaliser sur un point précis. Mais aussi, de prendre du recul sur une situation ou un trait de caractère que l’on pense immuable à force de l’entendre comme une vérité.

Se découvrir jour après jour, dépasser ses limites, tester de nouvelles expériences. Apprendre à s’affirmer, aller de l’avant, savoir dire non, et développer sa personnalité. Voilà ce qui peut amener une facilité d’oser être soi. C’est en testant que vous allez ouvrir votre esprit. Et c’est en expérimentant que vous allez forger votre propre opinion sur ce que vous aimez ou non, vous, et pas quelqu’un d’autre sans vous dévaloriser outre-mesure.

Accepter ce qui nous rend heureuses ou malheureuses

On arrive assez vite à déceler ce qui nous fait plaisir. Même si nous ne l’exprimons pas toujours ouvertement.

Savoir ce qui nous rend heureuse permet de réitérer des situations où nous savons que nous nous sentirons bien. Des moments qui correspondent totalement à ce que l’on aime faire et à nos besoins.

Pour moi, l’inverse a été plus difficile à détecter : comprendre et exprimer ce que je n’aimais vraiment pas. Affirmer de manière claire ce que je ne voulais pas.

J’ai mis plus de temps à accepter que cela ne servait à rien de me forcer. À quoi ? À renouveler des expériences pendant lesquelles je ne prenais aucun plaisir, voire même pire, où je me sentais mal et en danger.

« Faire bonne figure », « ça ne se fait pas », « Force-toi un peu »…

Sous couvert de bienséance, et de respecter ce que les autres attendent de nous, on décide parfois de faire des choses qui ne sont pas bonnes pour nous. On n’ose pas affirmer sa personnalité et avoir confiance en soi et ses jugements.

Oser être soi, c’est s’affirmer, même si cela ne plaît pas toujours aux autres. Car j’aime bien le rappeler : oser dire NON à quelqu’un, c’est se dire un grand OUI à soi-même.

Vous êtes la seule à ressentir vos émotions, à entendre toutes vos pensées, et à être capable d’identifier vos besoins. C’est donc tout naturellement et légitimement à vous que reviennent les décisions concernant votre bien-être. Sans même d’ailleurs à devoir vous justifier auprès de quiconque. Facile non ? 😉

oser être soi

Développer la confiance en soi : conseils lectures

Vous avez le droit d’exister pleinement. Dire non ne fera pas de vous quelqu’un de moins aimé.

Si vous en doutez, je vous invite à lire deux de mes livres favoris sur le sujet :

  • « 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » de Lise Bourbeau
  • et « Les 4 accords toltèques » de Miguel Ruiz.

Avec ce duo gagnant, vous apportez une base solide et saine à votre fonctionnement, votre compréhension et votre communication avec les autres pour affirmer sans crainte vos désirs.

Oser être soi : apprendre à faire des choix

Depuis notre plus tendre enfance, il y a quelque chose que l’on déteste faire, tous.  Et ça s’appelle un choix

Faire un choix, c’est renoncer par définition.

Si l’on y réfléchit bien, partir en Islande ou en Norvège en vacances alors qu’on a envie d’aller dans les deux pays… Ce n’est pas confortable et cela peut même réveiller une pointe de frustration car on ne peut pas être à deux endroits en même temps.

Néanmoins, cela peut être traité autrement. Voyez le choix comme une opportunité inégalée d’oser être soi, pleinement, et de vous affirmer. Cela demande de la lucidité, de l’honnêteté et du courage, car on n’aime pas tous nos traits de caractère en nous.

Il y a des parts de nous que l’on sait moins brillantes, des traits de caractères que l’on aimerait atténuer ou au contraire développer… Pourtant, être 100 % alignée avec soi ou en tout cas se rapprocher de cette quête d’acceptation et de conscience de soi, est, je pense, le début du bonheur !

A la clé : moins de frustration, plus d’épanouissement. Ainsi, oser et grandir, plutôt que d’appréhender et de se diminuer par rapport aux autres.

oser être soi

Oser être soi : le début d’un renouveau

Oser être soi peut être une source de stress. Le cerveau n’aime pas la nouveauté. En effet, il n’a pas de situation vécue sur laquelle il pourrait comparer. Ce qui explique que l’on soit stressée lorsque l’on entame une nouvelle tâche :

  • séance photo,
  • nouveau job,
  • nouveau client,
  • ou encore premier rencard.

Toutes les premières fois peuvent être source de stress. Mais il nous appartient de conscientiser ce stress et de décider de ne pas céder à la pensée négative que notre cerveau nous envoie. Certes, c’est l’inconnu, mais pourquoi l’inconnu devrait être synonyme de peur ?

Comme le disait Grégory & Céline dans un récent post, le stress est aussi et avant tout positif. C’est lui qui vient à notre rescousse pour dynamiser notre vie et nous donner l’envie et l’énergie nécessaires pour relever les défis. 

Le stress est un allié de taille, mais pour cela (au moins) deux choses :

  • le comprendre,
  •  et l’apprivoiser pour cohabiter ensemble.
oser être soi

Essayez, osez… Et risquez de vous étonner vous-même !

« Si vous n’essayez jamais, vous ne réussirez jamais, mais si vous essayez, vous risquez de vous étonner vous-même. » Lama Thubten Yeshe

Osez partir à la découverte de vous-même ! Et n’oubliez pas qu’oser être soi est la porte d’entrée du bonheur.

Si vous souhaitez oser l’expérience intime, vous pouvez me laisser un commentaire ou me contacter directement.