Comment  vous libérer de vos émotions grâce à la photothérapie ?

Comment vous libérer de vos émotions grâce à la photothérapie ?

Peut-être avez-vous suivi mon actualité, et avez-vous vu que je venais de vivre une expérience extraordinaire ! Qu’il est temps de partager en détail avec vous ici. Je suis tellement heureuse de m’être (enfin) formée à la photothérapie. Je dis « enfin », car si je remonte le fil de mes mails, cette formation est restée dans mon collimateur environ un an. Il m’a fallu douze mois pour me sentir prête à la vivre. S’agissant de photographie thérapeutique, cela a été le temps nécessaire pour enclencher ce processus dans ma vie personnelle comme professionnelle, et c’est ok !

Cette nouvelle approche du shooting photo auprès des femmes devenait essentielle dans ma vision pour vous accompagner. Une nouvelle étape pour moi, comme pour mes nouvelles clientes en séance photo.  Cette méthode thérapeutique permet de se réparer, de travailler l’estime de soi, ou d’apprendre à s’aimer à travers le pouvoir de l’image (photo ou miroir).

Me former à la photothérapie : ma révélation

Dans mon métier, mon accompagnement auprès des femmes s’affine mois après mois. J’ai pu le constater en partageant de merveilleux moments photogéniques lors des expériences portraits intimes par exemple.

Je suis tellement fière de mon chemin, et de surtout pouvoir vous en faire profiter lors des séances shooting photo que nous réalisons ensemble. Je suis tellement contente de pouvoir vous proposer d’aller encore plus loin avec les merveilleux outils liés à la photographie thérapeutique.

C’est ainsi que j’ai suivi une formation de photo-thérapie auprès de la photographe thérapeute Élodie  Sueur-Monsenert. J’avais besoin d’être accompagnée et formée pour oser parler ouvertement de ce mot imposant et parfois qui peut faire peur : la thérapie.

Cette formation, au final, a été une révélation et une libération personnelle.  C’est bien là tout le paradoxe. Vivre cette expérience m’a permis de me libérer de mon propre syndrome de l’imposteur. D’autre part, elle m’a permis de me sentir légitime et de m’assumer.

Alors, oui, je suis bien photo-thérapeute du corps et de l’image à plusieurs niveaux.

Se confronter à la photothérapie féminine

Chaque femme n’aura pas les mêmes attentes concernant la photothérapie. C’est une démarche personnelle qui demande beaucoup d’investissement émotionnel et un regard épuré envers son corps.

Beaucoup de femmes ne se sentent pas prêtes à s’y confronter, à se regarder, … À se voir « vraiment », telles qu’elles sont réellement. Et c’est totalement OK !

Chacune son rythme, chacune son chemin. La photothérapie se base sur le respect, le non-jugement et la bienveillance. Chacune doit pouvoir faire le premier pas quand elle le souhaite.

Si je parle de ma propre expérience, il m’a fallu plusieurs années de cheminement avant de choisir ma voie en tant que photographe professionnelle. Puis en tant que photographe spécialisée en portraits de femmes. Maintenant,  en tant que photo thérapeute. C’est devenu une évidence mois après mois, grâce à plusieurs expériences comme le shooting pour Octobre rose par exemple. Chaque porte que j’ai ouverte depuis janvier 2020 m’a menée ici, aujourd’hui, à vos côtés.

Apprendre à se réconcilier avec soi-même

Comme tout être humain, j’ai des peurs. Peur du regard des autres, peur de ne pas être acceptée comme je suis. Peur d’être jugée, peur de souffrir… Mon chemin est en perpétuel mouvement. Je lui fais confiance, j’avance, et je cherche continuellement du sens.

Je ne cherche pas à anticiper, mais bien à revenir au présent, à ce que mon corps et à ce que mes émotions me racontent.

Et tout commence ici : que vous raconte votre corps ? Est-ce que vous l’écoutez ? Est-ce que vous identifiez et est-ce que vous libérez vos émotions ?

Pour être sûres d’être sur la même longueur d’onde, commençons par quelques définitions simples :

  • Émotion : réaction psychologique et physique immédiate.
  • Sentiment : inscription permanente des émotions.
  • Ressentiment : fait de revivre une émotion non-acceptée en permanence.

La voie de la guérison est ici, une émotion qui nous traverse en 7 secondes s’il n’y a pas de jugement.

Facile me direz-vous en pensant à la joie, le rire, la surprise !

Mais qu’en est-il des émotions plus complexes à libérer telles que : la peur, la colère, la tristesse ou le dégoût ?

Une émotion non-libérée, c’est-à-dire non-identifiée, non-acceptée, ou non-vécue est stockée en nous. Elle est engrammée en nous, c’est-à-dire qu’elle devient une « trace » d’un événement passé dans le cerveau qui constitue le support de la mémoire ainsi que dans notre corps.

PHOTOTHERAPIE

Désengrammer nos émotions grâce à la photo

Comment désengrammer nos émotions ? C’est l’objet de la photothérapie.

La photographie a un pouvoir extraordinaire et puissant. Elle permet de déclencher des émotions très fortes, telles que le rire, les larmes, ou le dégoût.  

La photo touche directement nos émotions, il n’y a pas de filtre. C’est un témoignage du réel, de ce qui est. Il n’est pas aisé et anodin de se confronter à son image, à soi, et à s’obliger à se regarder. À se voir telle que l’on est. Néanmoins, accepter son corps, c’est se révéler à soi-même.

Accepter ce qui EST. Se voir pour se croire.

On commence d’engrammer nos émotions très tôt, dès l’enfance.

« Ce n’est rien », «  Ne pleure pas » …

Les émotions sont ainsi entravées. Dès notre plus jeune âge, on n’apprend pas à les laisser vivre, à les identifier et à les gérer. A les laisser sortir.

Vivons-les, laissons-les monter pleinement en nous…

Combien de personnes s’interdisent de pleurer à un enterrement ? Ou devant un film romantique ? Pourtant, quelles belles opportunités de libérer des émotions stockées.

Saisissez chaque événement pour leur permettre de sortir, sans restrictions.

Article de presse extrait de https://www.photo-therapie.com/
Article de presse extrait de https://www.photo-therapie.com/

Les outils de la photothérapie

La photothérapie a aussi ses outils. Néanmoins, comme Élodie  me l’a appris, ils ne sont que des prétextes pour libérer la parole, et les émotions. On parle de visualisation émotionnelle, d’auto-portrait, de portrait thérapeutique ou encore de travail du corps au miroir.

Chacun de ces outils utilisés en complément d’une séance photo va me permettre de travailler avec la femme que vous êtes. Enquêter, dénicher, comprendre et vous aider ainsi à analyser et à libérer vos « vraies » émotions.

Mon but est simple :

  • Mieux vous comprendre pour vous aider à mettre des mots sur les bonnes choses.
  • Vous aidez à identifier et regarder ce que votre corps raconte.
  • Vous épaulez à donner du sens pour permettre à une émotion de guérir à travers la photo.

La séance de photo-thérapie doit vous permettre de ne plus avoir de maux de corps. Que les émotions « négatives » ne vibrent plus en vous, qu’elles soient remises à zéro, ou qu’elle deviennent neutre. Voire même qu’elles se transforment positivement.  

Votre seule limite … C’est vous !

La photothérapie : un premier pas vers l’acceptation de vos émotions

Énormément de femmes me disent lors de séances photos qu’elles ne sont pas photogéniques… Elles n’aiment pas se regarder. Il n’est pas évident de s’avouer ne pas aimer ressentir les émotions qui surviennent quand on se voit.

Cela me rappelle le film « Le Cinquième Élément » de Luc BESSON où chaque pierre à son fonctionnement. C’est la même chose pour les émotions finalement.

Chaque émotion a sa manière d’être vécue et évacuée :

  • la joie par le rire,
  • la tristesse par les pleurs,
  • ou encore le dégoût par le fait de nettoyer (réel ou symbolique).
  • la peur par le fait d’agir,
  • la colère par les cris, le fait de nommer, de parler, d’exprimer.

Ainsi, la photothérapie va permettre d’enlever, un par un, vos propres blocages. Les pièces vont sauter une par une. Un peu comme ce jeu des années 80, appelé le Jenga. Chaque pièce va disparaître petit à petit, pour faire littéralement s’effondrer la tour établie. En plaçant votre confiance dans le thérapeute, vous allez pouvoir baisser la garde, repartir de zéro et vous reconstruire sainement. Cela peut faire peur, mais comme toute peur, le fait d’agir la libérera.

Accepter votre vulnérabilité vous rendra puissante.

Dédramatisons nos émotions en les vivant, quel qu’elles soient. Libérons-les pour nous libérer nous-mêmes ! Permettons-leur d’exister pour nous permettre d’exister à notre tour.

Votre corps vous parle, écoutez-le, donnez-lui la parole.

Dans le prochain article, je vous parlerai des différents outils de photothérapie dont je dispose en détail. Cela vous permettra de vous projeter sur une future séance photo commune qui pourrait allier photographie et thérapie.

photothérapie

Connaissiez-vous la photothérapie ? Êtes-vous prêtes à cheminer vers une meilleure estime de vous lors d’un shooting photo ?

7 méthodes pour prendre soin de sa santé mentale

7 méthodes pour prendre soin de sa santé mentale

La santé mentale des femmes est un vrai sujet d’actualité. Entre confiance en soi, ou surmenage, travail, gestion du foyer, la charge mentale qui nous encombre est parfois lourde. Trop lourde.

« – Hello ! Ça va ?

– … Non…

– ah… ! »

santé mentale des femmes

Et voilà comment plomber l’ambiance en 3 lettres !  « … Non… »

 Qu’attendons-nous réellement comme réponse derrière un « Salut, ça va ? »

Est-on en mesure de réagir à un « non », et surtout, si c’est à vous que l’on pose la question, oserez-vous dire que ça ne va pas si c’est le cas… ? C’est tout le sujet du jour : prendre en charge sa santé mentale comme quelque chose d’habituel.

La santé mentale des femmes : un sujet encore tabou ?

L’idée d’aller mal pour une femme peut être encore parfois un sujet tabou. Ou tout du moins, on peut avoir du mal à le reconnaître, on ne le montre pas, on ne se sent pas d’en parler lorsque les prémisses arrivent.

Gérer ses émotions, ne pas montrer ses émotions négatives, cacher ses émotions, contrôler ses sentiments, les émotions prennent le dessus, débordement émotionnel, maîtrise de soi, réprimer… Ces termes vous parlent ?

Quelles prémisses d’un état qui se détériore ? Quels signes d’une santé mentale des femmes qui décline ? Une situation qui dure et qui ne va pas en s’arrangeant. Mais aussi, les périodes de « bien » sont beaucoup moins nombreuses que les périodes de « pas bien ».

 Un mal-être féminin qui dure depuis plusieurs semaines, une tristesse récurrente sans raison apparente. Un ralentissement physique et mental, des soucis de sommeil et d’alimentation, de l’anxiété, des idées noires. Ce qui vous fait plaisir d’habitude n’a plus la même saveur. Irritabilité, agacement… Tout cela peut commencer à avoir un impact sur votre vie, votre travail, et votre entourage.

santé mentale des femmes

Se dire que ça va passer et qu’on va s’en sortir seule n’est pas la bonne solution. La volonté ne fait pas tout et laisser le temps passer aggrave la situation sur la santé mentale des femmes : la clé, c’est d’en parler, de dialoguer.

À terme, au niveau neurobiologique, si l’état de mal-être perdure, votre niveau de sérotonine chutera, et toute la bonne volonté du monde seule ne parviendra pas à la faire remonter. C’est ce que l’on appelle la dépression. Et ce n’est pas un gros mot, juste une maladie curable.

Comment sortir de ce mal-être qui perdure ?

Comme je vous le disais :

  • dialoguer,
  • parler,
  • prendre le temps de s’occuper de soi,
  • être plus attentif à soi, c’est la réaction saine à adopter pour aller mieux et veiller sur sa santé mentale.

Après plusieurs mois de fatigue mentale liée à mon changement de vie professionnelle, cumulée aux 3 confinements, le stress ambiant, la crise et la non-visibilité d’avenir ou de projet, j’ai développé une fatigue pandémique que je viens tout juste d’identifier.

santé mentale des femmes

Il est temps pour moi de sortir de cette spirale, de recharger mon énergie, et de transformer tout ce que j’ai emmagasiné depuis environ 18 mois.  D’enfin me faire aider sur mon point faible : ma motivation et mon état d’esprit mis à rude épreuve !

 Avec le métier passion que j’exerce, je n’ai pas d’autres choix que de prendre soin de moi si je veux prendre soin de vous. Les séances photos que je propose pour les séances portraits de femmes sont des introspections profondes pour vous. Ainsi, il est important pour moi de vous accompagner du mieux qu’il soit afin de vous faire vivre une belle expérience.

« Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé. »

Einstein

En ouvrant le dialogue sur ce mal-être via mon compte Instagram, j’ai eu l’idée de vous écrire cet article. Il sera comme une boîte à outils dans laquelle vous pourrez piocher, vous aussi,  une ou plusieurs solutions lorsque vous en aurez besoin : aujourd’hui ou plus tard.

Parce que seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin !

7 méthodes pour une meilleure santé mentale des femmes 

#1. Les fleurs de Bach

Les fleurs de Bach sont des élixirs floraux qui s’utilisent pour la gestion des émotions. Chaque fleur sert à réguler une émotion : inquiétude, manque d’intérêt, sensibilité, tristesse… Ces fleurs vous proposent une harmonie émotionnelle au quotidien. Un petit outil pratique et rassurant que j’utilise depuis plusieurs années.

Vous pouvez faire votre bilan émotionnel sur le site des fleurs de Bach.

santé mentale des femmes

#2. L’acupuncture

C’est une méthode que j’utilise depuis un an et demi environ, j’ai été voir un praticien sur recommandation d’une amie, c’est un rdv tout en douceur à chaque fois. Il pose des questions, il cherche d’où vient le mal et/ou le mal-être. Et ce que j’aime par-dessus tout c’est qu’il régule la circulation de nos énergies corporelles !

Pour ma part, c’est assez puissant à chaque rdv, et c’est saisissant de constater à quel point nous sommes une boule d’énergie ambulante. J’adore ! Comme il touche à ce point hypersensible de notre équilibre, cela influe forcément sur tout le reste : le corps, les émotions et le cerveau.

#3. L’ostéopathe

Ce praticien régule énormément de choses… À vrai dire, vraiment beaucoup ! J’ai réalisé deux séances ces 2 derniers mois, une d’1 h 30 et une d’1 h. C’est vraiment l’occasion de faire un gros bilan postural, et réguler « les petits bobos ».

Vous savez, ceux auxquels on s’est habituées, mais qui n’ont pourtant rien de normal.

Un bon ostéopathe permettra à votre corps de débloquer beaucoup de tensions, de se remettre en fonctionnement fluide et de libérer également beaucoup d’émotions contenues. Notamment sur le système digestif si vous êtes comme moi à tout ruminer sans digérer !

#4. Le psychologue

J’ai commencé un suivi psy après mon divorce, début 2016 jusqu’à fin 2018. J’ai ensuite arrêté parce que je me sentais beaucoup mieux. Puis, j’ai dû y retourner une fois en 2019, je crois, et depuis plus rien.

J’ai pris ma psy sur recommandation d’une amie également, et je ne regrette pas du tout.

Certaines personnes peuvent avoir cette réticence de se confier à la même personne, mais il n’y a aucune raison : c’est un praticien professionnel qui ne divulgue rien sur ses patients. Aucun lien n’est donc à faire entre vous, votre amie, et votre psy !

Choisissez le/la en fonction de votre personnalité et du sujet qui vous amène. Les psychologues peuvent être spécialisés dans un domaine (fertilité, traumatisme, hypersensibilité, haut potentiel, enfants, couple, etc…).

Je me suis tout de suite sentie en confiance, et à l’aise pour échanger avec elle. Et pour tout vous dire, j’ai hâte de la revoir et de reprendre le travail avec elle. Qu’elle me guide pour faire ce petit pas de côté et prendre le recul nécessaire ! En revanche, je regrette d’avoir autant attendu, et surtout d’avoir eu un rdv plus d’un mois après mon envie de réservation. La prise en charge de la santé mentale des femmes ne devrait jamais attendre.

#5. Aides psychologiques d’urgence

On m’a parlé ces deux dernières semaines d’aides psychologiques d’urgence.

Associations, applications aux rdv sous moins de 24 h, plateformes en ligne : le but est d’être présent pour les personnes en état de détresse mentale avec des outils, des trucs & astuces pour répondre au mal-être à un instant t.

Rationaliser une crise de panique ou une crise d’angoisse en télé consultation, mais également avec une boîte à outils pour revenir en présence à soi. Faire redescendre la pression tout en soulageant l’instant présent, mettre en place des sortes de petits mécanismes pour passer de la crise au moment de calme, en attendant de pouvoir accès à une solution à moyen ou long terme.

Voici quelques sites sur le sujet ou pour vous aider si besoin :

QareMindlecareBenevoltPsysducoeur

#6. La thérapie EMDR

EMDR sont les initiales de  “eye movement desensitization and reprocessing”, ou désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires en français.

C’est une thérapie cognitive qui peut être utilisée pour guérir des traumatismes psychologiques par stimulations tactiles et auditives ainsi que des mouvements oculaires de gauche à droite.

En gros, la gym oculaire, tactile et sonore agit sur le cerveau pour libérer les émotions nuisibles. J’ai découvert cette méthode en début d’année en travaillant avec Oriane. Vous pouvez en découvrir davantage sur cette thérapie sur le site de l’association EMDR France.

#7. Le coaching mental

Se réveiller avec une pensée positive pour la journée et s’endormir aussi avec un bonheur arrivé dans la journée.

Cela peut-être très peu de chose :

  • un rayon de soleil senti sur la peau,
  • un café pris avec une copine,
  • la puissance de la reconnaissance et de la gratitude.

Le cerveau est malléable et nous permet de développer des aires cérébrales propices au bonheur. Quelle bonne nouvelle ! C’est tout simplement de la gym quotidienne pour travailler notre bonheur !

Je vous conseille d’ailleurs le livre de Florence Servan-Schreiber , 3 kifs par jour

Le bonheur n’est pas un objectif, c’est bel et bien le chemin qui y mène.

Et vous, quelle est votre méthode pour prendre soin de votre santé mentale ?

Pour finir cet article, je voulais partager avec vous les réponses à cette question que je vous ai posée sur les réseaux sociaux.

Voici vos façons de prendre soin de votre santé mentale :

  • Prendre rdv chez le psychologue régulièrement,
  • m’écouter davantage,
  • faire de l’acupuncture
  • écrire,
  • faire un travail du corps pour accepter ce qui est.
  • Méditer avec le site Petit Bambou,
  • Reconnaître ma situation,
  • Manger du chocolat.
  • Voir mes ami(e)s,
  • pratiquer une passion,
  • me reposer.
  • M’éloigner des personnes toxiques,
  • mieux me connaître, ainsi que mes limites,
  • ou prendre du temps pour moi.

N’attendez pas d’être mal pour prendre soin de vous. C’est ok de prendre soin de sa santé mentale de manière très suivie.

Cela permet, comme son mot l’indique, de faire un suivi et d’entretenir ce soin mental. En plus, bien souvent, cela dénoue tellement de choses dans tellement de domaines différents de notre vie !

L’idéal pour trouver l’équilibre entre toutes ces pratiques, c’est de les mixer, car chacune est complémentaire de l’autre suivant votre sensibilité et votre réceptibilité.

« Il faut être fou pour ne pas consulter ! »

Fanny Jacq

Il existe sans doutes d’autres méthodes pour soulager la santé mentale des femmes et l’entretenir dans le temps, n’hésitez pas à partager vos pratiques et vos habitudes en commentaires, je suis très curieuse !

Et si vous souhaitez prendre du temps pour vous retrouver lors d’une séance photo, je me ferai un plaisir de vous accompagner ! N’hésitez pas à me contacter !