Mais d’où viennent les complexes chez les femmes ?

Mais d’où viennent les complexes chez les femmes ?

Les complexes chez les femmes…  Vaste sujet auquel je m’attaque aujourd’hui ! Pour situer tout de suite le sujet de l’article,  qu’entend-on en utilisant le terme « complexe » ? Pour moi, c’est un élément qui va nous paraître différent de ce qu’il devrait être par rapport à un schéma sociétal, familial ou environnemental.

Le complexe naît d’une incapacité à accepter une « imperfection », ou tout du moins ce que l’on considère comme tel.

D’où naissent les complexes chez les femmes ?

Le complexe est donc bien une histoire de prisme, et de point de vue sur un élément donné. Cela peut-être notre propre point de vue sur notre corps. Mais, malheureusement, cela peut aussi venir du point de vue d’une autre personne. C’est ma définition du complexe. 

Tout réside dans notre capacité et notre force à remettre les choses en perspective :

  • ne pas trop se remettre en question,
  • ne pas forcément écouter les peurs des autres sur l’élément qui nous complexe (ou les complexe en l’occurrence)
  • et savoir prendre du recul.

C’est à ce moment précis qu’entre en jeu l’estime de soi : on se donne de la valeur, et on pose sur soi un regard bienveillant.

Mais, surtout, on développe notre capacité de croire en nous de façon inconditionnelle comme l’a si bien écrit mon amie Bénédicte de Passages Insolites dans un post Instagram.

Mon expérience des complexes chez les femmes

Personnellement, le point le plus difficile est de ne pas me laisser influencer par les autres. Ne pas prendre mal des réflexions et des avis de mes proches sur mon physique.

Étant actuellement enceinte de presque 8 mois, je suis (trèèèès légèrement) à fleur de peau concernant les avis sur mon physique. Qu’ils partent d’une bonne intention ou qu’ils soient juste énoncés… Cela ne fait pas une grande différence : c’est bien simple, je ne les supporte pas ! 

Pour prendre un exemple très précis, mes derniers complexes sont nés pas plus tard que le mois dernier.  Ainsi, lorsque j’ai pu entendre plusieurs phrases telles que :

  • « Tu t’es élargie du bassin »,
  • « Tu penseras bien de faire du sport après l’accouchement, untel n’en a pas fait et du coup elle n’a jamais retrouvé son tonus ».

Souvent suivies de la fameuse phrase « Totem Clé en mains » : « Je dis ça pour toi ! »

Bim ! De nouveaux complexes étaient nés.

En quelques mots. En quelques secondes.

Je ne souhaite pas remettre en question les phrases qui m’ont été dites, bien qu’elles m’aient profondément agacée… Mais plutôt me concentrer sur l’estime de soi dont je vous parlais au début de l’article. 

Comment passer au-dessus de vos complexes ?

Comment faire pour que l’estime de soi reste plus fort que l’avis des autres ? Et, même plus fort que notre propre mental ? 

Notre capacité à réagir

Le seul facteur sur lequel nous pouvons agir, c’est bien notre capacité à réagir à ces phrases. Et à réussir à prendre la distance nécessaire pour que cela ne nous atteigne pas à ce point. Les complexes chez les femmes peuvent être de vraies plaies tenaces une fois installées.

Nous pouvons nous agacer contre la personne. Nous pouvons nous énerver contre elle aussi. Mais cette situation risque (malheureusement) de se reproduire.

Du coup, pour ma part, je préfère travailler sur moi et sur ma capacité de réaction. En effet, je pense que c’est le plus bénéfique sur le long terme pour moi.

Je pense aussi qu’éduquer les gens sur l’origine et la douleur des complexes chez les femmes est très important. Mais pour arriver à éduquer sans blesser, il faut avoir de l’énergie, et être disponible.

Cependant, je trouve qu’on n’arrive pas toujours à être dans cet état d’esprit. Ici, mon complexe s’est bel et bien créé via le regard de l’autre, mais ce n’est pas irréversible.

Par ailleurs, un complexe chez une femme peut partir de n’importe quoi :

  • une couleur de cheveux,
  • un surpoids ou un sous-poids,
  • des grains de beauté,
  • un nez soi-disant trop gros, … 

Complexes chez les femmes : prendre conscience du poids sociétal

Le problème de ne pas arriver à s’identifier peut-être également un déclencheur.

Nous sommes (encore) entourées de standards de beauté (Oui… Encore beaucoup trop) à tous les niveaux.  Et nous avons encore du mal à accepter les différences et les multiplicités physiques des femmes.

Si vous avez raté mon dernier article sur le Body Summer, je vous invite plus que jamais à aller le lire : magazines de mode, mannequins dans les vitrines…

Accepter et valoriser l’imperfection

Qu’est-ce qu’on se ferait ch… si on était toutes parfaites… Non ?

Ah, mais au fait, c’est quoi une femme parfaite ? Qui peut réellement dire « je n’ai aucun complexe » ?

L’acceptation de soi, pour moi, c’est le début d’un mieux-être pour vaincre les complexes chez les femmes.

C’est une base saine de qui l’on est, de notre rapport au corps et de notre image de soi qui ne soit pas déformée de la réalité.

L’imperfection, c’est la clé du bonheur ! 

Habituer notre œil à voir la diversité

Les réseaux sociaux, pour le coup, sont une mine de visuels pouvant nous habituer à voir des corps de femmes différentes en les trouvant belles.

Sans ça, je pense que nous sommes trop conditionnées et mal habituées depuis notre enfance dans notre quotidien à voir un certain type de corps. Représentation bien loin de la palette gigantesque de tous les corps qui existent.

Ça nous apprend à apprécier la diversité.

D’ailleurs, si vous souhaitez aller plus loin, je vous invite à découvrir la conversation autour du rapport au corps de Louise Aubery (MyBetterSelf), avec Lucie des L.E.J, Léa Camilleri et Chloé de TheGingerChloe.

Et si vous envisagez un shooting photo avec moi, voici également l’article que j’avais écrit avec 9 raisons de ne plus complexer sur vos photos.

Avec tous ces contenus, vous balayerez largement le monde complexe des complexes 😉

Alors, vous vous lancez ?